NOUVELLE

 

RENDEZ-VOUS

 

 

« Il faut que je me dépêche sinon je vais arriver en retard… La dernière fois, il n’était pas content… Pourtant je n’avais même pas cinq minutes de retard… Et puis, c’est lui qui était en avance et ça, moi, je ne pouvais pas le deviner… Mais cette fois-ci c’est moi qui serai en avance… Comme ça je pourrai remettre un peu d’ordre dans mes cheveux… Ce vent m’énerve, il doit me faire une tête pas possible… Comme la dernière fois déjà… Il s’était tellement moqué de mes cheveux que j’en avais eu les larmes aux yeux… Il ne l’avait même pas remarqué… C’était la première fois qu’il n’était pas très gentil avec moi… Ce n’est pas grave, je m’en moque… L’essentiel c’est que je sois avec lui… Même si ma mère dit le contraire, je suis sûr qu’il tient à moi… Mes copines sont jalouses, elles voudraient bien me le piquer… Mais je ne me laisserai pas faire… La première qui lui fait les yeux doux je lui enfonce un de mes talons aiguilles dans le crâne… Gilles qu’il s’appelle… Moi, c’est Emma… Gilles et Emma… Emma et Gilles… Je trouve que c’est aussi beau que Roméo et Juliette… »

 

Emma marche vite. Elle a le souffle court. Elle se rend au rendez-vous que lui a donné le garçon qu’elle aime depuis qu’elle l’a vu, il y a quelques semaines, au bal du Quatorze Juillet, organisé par les pompiers. Il l’avait fait danser toute la nuit. Tous les gens qui la connaissaient avaient pu admirer le beau couple de danseurs qu’ils faisaient. Son cavalier était remarquable et dans ses bras elle se sentait d’une légèreté…

 

« Non mais ça va pas !... Pour qui il se prend celui-là !... Pourquoi il m’a klaxonnée comme ça ?... J’étais pourtant bien sur le côté… Si je traîne, je sens que je vais être en retard… Tiens, je ne me souviens pas d’avoir vu ces trois maisons, la dernière fois que je suis passée là !... Il faut dire que c’était un peu spécial, j’étais assise à l’arrière de la mobylette de Gilles… Si mon père m’avait vue, il aurait encore une fois fait un cirque… Lui non plus il n’aime pas me voir avec Gilles… Mais dans sept mois, j’aurai vingt et un ans et il n’aura plus rien à dire… Oui mais en attendant il faut que je fasse attention car il s’énerve vite… J’aurais dû prendre mon vélo, mais je ne l’ai pas trouvé… J’y comprends rien, je le laisse toujours dans le hangar mais quand j’y suis allée il y avait une voiture que je n’avais jamais vue… Mon père a tout changé de place… »

 

 

Pour accéder à la suite :  SUITE

.

 

lire la nouvelle précédente

 

G

 

RENCONTRE

 

 

 

 

retour en haut de la page     ñ