Dans la vallée...

 

La lièpvrette

 

C’était dans la vallée

c’est une belle vallée

c’était une belle époque

presque

tous les petits écoliers

de la vallée

apprenaient à l’école

que le cours d’eau

qui descendait leur vallée

portait le nom un peu bizarre

de lièpvrette

qu’elle prenait sa source

près du col des bagenelles

et se jetait dans le giessen

les non-alsaciens

ne cherchez pas à prononcer ce mot

car même quand on vous l’explique

vous n’arrivez pas à le faire

contentez-vous des noms

polonais, tchèques, ouzbèk, chinois

ou nord-coréens

bien plus facile à prononcer

d’après nombre de journalistes...

surtout sportifs

le giessen donc

après avoir récupéré la lièpvrette

(si vous ne prononcez pas le p,

vous verrez, c’est tout de suite plus facile)

se jette lui-même dans l’ill

une grosse rivière alsacienne

qui rejoint à strasbourg

un fleuve souvent oublié

dans les livres de géographie

des écoliers français

sous prétexte qu’il est plus...

étranger que français

le rhin

à l’époque à laquelle

je situe mon récit

c’était presque une belle époque

c’était dans la vallée

c’est une belle vallée

la lièpvrette

(je vous le redis pour la dernière fois,

ne prononcez pas le p)

changeait souvent de couleurs

tel le titre de mon récit

un jour bleue

l’autre verte

parfois violette

l’eau de la lièpvrette

prenait la couleur

des tissus teints en amont

dans les teintureries

qui faisaient partie des usines textiles

faisant vivre tant de familles

dans la vallée

c’est une belle vallée

c’était une belle époque

presque

mais ces teintureries

qui n’étaient pas du tout « écolo »

à cette époque

aujourd’hui peut-être pas plus

mais comme elles ne sont plus en France

ça ne se voit pas

rejetaient dans la lièpvrette

affluent du giessen

lui-même affluent de l’ill

gros affluent du rhin

(à force vous le saurez par cœur)

le reste des colorants

et les eaux ayant servi au rinçage

des pièces de tissus, des cuves

et des autoclaves

les enfants trouvaient cette colorisation...

amusante

étonnante

les adultes un peu moins

et les pêcheurs pas du tout

car aucun poisson ne se risquait

dans l’eau de la lièpvrette

préférant les eaux plus claires

de la timbach, la sobache,

du petit et du grand rombach

affluents de la lièpvrette

dans le village que j’habitais

dans la vallée

c’est une belle vallée

à une époque

presque belle

 

    SUITE