plutôt voyage... (suite)

 

la loco qui était devant passe derrière

comme dans les cours de récré

je suis monté dans le dernier wagon

qu’il a fallu chercher tout au bout du quai

là où tu marches dans les cailloux

yzont pas mis de macadam aussi loin

et je me retrouve dans le premier wagon

qui s’arrêtera quelques heures plus tard

à l’autre bout de la france

tout à l’autre bout du quai

là où tu marches également dans les cailloux

yzavaient plus de macadam non plus

tu ne quittes dijon

qu’une heure trente plus tard

à 01 h 20

tu peux pas l’oublier

par la fenêtre tu vois défiler les minutes

et même les secondes

sur une pendule de quai

mais une heure trente à attendre

c’est long !

t’arrives même pas à t’assoupir

il manque le roulement du train

le gueulard profite de l’arrêt pour...

et non ! pas pour se réveiller

mais pour tomber du siège !

ouf ! ça a dû l’assommer

il ne s’est pas réveillé

ouf ! ça repart enfin !

et les deux mémés de râler

lesquelles

ben celles qui avaient réservé une place...

dans le sens de la marche

elles avancent à reculons maintenant

et ça les fait râler

j’men fous moi j’suis dans le bon sens

au bout de quelques minutes

tout le wagon somnole

sauf ceux qui peuvent pas s’empêcher

d’enquiquiner les autres

pour aller aux toilettes

tu passes lyon et avignon

dans une espèce de purée

moitié réveillé

moitié ensuqué

tu bouges plus

de peur de plus retrouver la position

qui fait le moins souffrir

ton dos tes jambes et ta tête

jusqu’un peu avant cinq heures

heure à laquelle un autre gamin

d’à peu près le même âge

mais à l’autre bout du wagon cette fois

décide qu’il a suffisamment dormi

et se mette lui aussi à gueuler

jusqu’à marseille où t’arrives

avec 20 minutes de retard annoncé

 

 

Lire la SUITE

Lire le texte PRECEDENT

Retour HAUT de page

Retour page ACCUEIL