plutôt culinaire

 

Quand l’étrange règne…

 

aujourd’hui ce soir

ou ce soir d’aujourd’hui

je voulais banqueter

(manger avec plein de gens sympa)

alors je pris

mon carnet d’adresses

et invitai plein de monde

d’abord christian

et monsieur gaugler

et le père de mon fils

et le pater de ma fille

le grand-père paternel de mathilde

pepulli également

le grand-papa paternel de juliette

le voisin d’en face de  mes voisins d’en face

l’ex mari de mon ex femme

le seul fils de ma mère

l’unique frère de mes trois sœurs

et le parrain de mon filleul

que du beau monde

ensuite je décidai du menu

je savais

car je connaissais parfaitement

tous mes invités

pour les avoir si souvent côtoyés

ce qu’ils aimaient bien manger

je me lançai donc dans les calculs

des proportions nécessaires

et c’est là que je me rendis compte

avec horreur

qu’avec moi

nous serions treize à table

c’était inconcevable

je repris donc rapidement

mon carnet d’adresses

à la recherche d’un convive supplémentaire

en vain

mon imagination n’en trouvait plus

l’idée me vint alors

mais il eut mieux valu

qu’elle ne vint jamais

de décourager l’un de mes invités

à venir au banquet

car l’un d’eux accepta

c’était le fils de ma mère

je n’aime pas causer dans le dos des gens

mais lui il est vraiment spécial

il fait…

du dédoublement de personnalité

certains jours il se prend

pour le fils de mon père

c’était pas du tout de ça

dont je voulais parler

et j’ai failli oublié

ce que je voulais dire

donc

le fils de ma mère accepta

mon invitation

à ne pas venir à mon invitation

mais

dès son désistement connu

par mes autres invités

les uns après les autres

ils déclinèrent mon invitation

et je me retrouvai tout seul

c’est la première fois

qu’une telle mésaventure

m’arrivait

pas d’être tout seul pour manger

mais qu’on décline mes invitations

et là

un phénomène surprenant

quasi surnaturel

se produisit

mon fils

oui celui dont j’avais invité le père

et dont le nombre d’enfants

vient de doubler récemment

certainement prévenu

par une espèce de…

transmission de pensée

je ne nous savais pas aussi doués

me téléphona

pendant que je finissais

mon velouté de courgettes au kiri

agrémenté de croûtons

dont je tiens la recette

de ma sœur cadette

pour…

s’inviter à manger le lendemain

chez moi

on cherche parfois l’étrange

très loin

alors qu’il est si proche de soi

 

 

 

Lire le texte SUIVANT

Lire le texte PRECEDENT

Retour HAUT de page

Retour page ACCUEIL