plutôt... dynamite !

 

pourquoi tout ce retard ce matin ?
le porte parole du gouvernement
mettrait en cause la conjoncture
les syndicats diraient
que c'est un mouvement d'humeur
le corps médical pencherait
pour un hypodysfonctionnement du rachis
l’autre corps, l'enseignant, chercherait
plutôt l'explication chez freud
un sale gamin dirait
c'est pas moi c'est mon copain
et le copain
c'est pas moi c'est mon frère
et le frère
c'est à cause de ma mère
et la mère à son mari
qu'est-ce que j'ai fait
pour avoir des gosses pareils ?
et le mari
t'avais qu'à t'en occuper !
et les flics venus ramasser
la femme que le mec avait amochée
qui c'est le voisin qui nous a prévenus ?
et le voisin d'assurer
c'est tous les jours comme ça
et le porte-parole du gouvernement
de remettre en cause la crise
et les syndicats de nous refaire
un bon mouvement d'humeur
et l'avocat du mari de plaider
une enfance malheureuse
stop ! stop ! stop !
pourquoi suis-je en retard ?
je vais être Franc
c'est à cause de clovis
et de son vase
pourquoi il m'en fout une ?
pour une fois que j'avais retenu
qqchose en histoire !
puisque c'est comme ça
je ne dirai plus rien ! na !
@+++


 

 

de retour

chez moi

après

le réveillon

de nouvel an

en lorraine

et à la vision

de ma boîte

à lettres

 

 

 

tristesse d'avoir quitter ce jour la lorraine
tristesse devant la fin tragique

d'une boîte à lettres
tristesse face à la décadence de l'alsace
qui laisse se perpétrer un tel massacre
les vandales ne lui ont laissé aucune chance
fixée contre le mur elle ne pouvait leur échapper
telle la chèvre de monsieur seguin
mais non pas celui

de la cour des comptes voyons
celui qui connaissait alphonse daudet
elle a lutté tant qu'elle a pu
mais au petit matin ....
les sanglots m'étranglent
je ne peux en dire davantage
allons soyons courageux
pensons à ste geneviève
que nous fêtons aujourd'hui
qui défendit paris contre les huns d'attila
déferlant sur notre pays
à la recherche de malheureuses boîtes à lettres
à saccager sans pitié
@++++


 

Lire le texte SUIVANT

Lire le texte PRECEDENT

Retour HAUT de page

Retour page ACCUEIL